dimanche, avril 01, 2007

Pâté de campagne et cornichons

Etonnant comme la campagne ne me donne pas envie d'écrire. Peut être parce que je lis beaucoup. Et que tout ce que je lis me laisse froid, sans trop de réactions.

Même si je me marre bien !

Des conneries, y en a tout plein trop partout !

Il y a des trucs qui énervent aussi, évidemment...

Surtout quand les autres ne sont pas d'accord avec toi.

Le fait est que vouloir mettre tout le monde d'accord sur tout, à l'échelle d'un pays entier, faut être ultra motivé !

Le pire est-il qu'ils se sont persuadés eux-mêmes qu'ils vont y arriver ?

Si c'est le cas, pas étonnant qu'ils essaient de nous convaincre !

Même si ça devient lassant...

En fait, cette armée des 12 singes me laisse assez indifférent.

Je me sens tellement éloigné de ce qui se passe, et je me dis que ça ne changera pas de toute façon beaucoup ma vie quotidienne.

Le seul candidat qui aurait pu susciter de ma part un peu d'intérêt n'a pas eu les signatures pour avoir le droit de participer.

J'aime en tout cas bien l'idée qu'il y a trop de pouvoir entre les mains de trop peu et que notre système ne va pas en s'améliorant de ce point de vue là.

Et je n'ai pas beaucoup entendu de voix s'élever dans ce sens, au point qu'une personne puisse avoir le droit de postuler pour défendre cette idée.

Et c'est bien dommage, parce que cela renforce ma conviction que l'élection d'un président au suffrage universel est complètement antinomique avec l'idée que je me fais de la vie en société. Pas sur le principe de l'élection en tant que telle, mais sur le concentré de pouvoir que l'on donne à une seule personne.

On vote pour une icône, un héros. Et c'est bien normal quand il s'agit de désigner celui ou celle qui nous représentera aux yeux du monde. C'est selon moi le rôle le plus important de la mission qui lui est demandée, et qui devrait être au coeur de nos préoccupations. On en est assez loin, en fait...

Mais lui demander d'avoir une réponse à tous nos problèmes de la vie est une utopie qui m'emmerde.

Ne serait-ce que sur des domaines comme l'éducation, le travail et la santé, qui sont aujourd'hui à leur merci, et qui souffrent aujourd'hui d'une rigidité parce qu'ils sont justement les enjeux d'un débat inscrit dans une lutte pour le pouvoir !

Et elles participent un peu plus à nous priver d'un espace de liberté, au nom d'un faux consensus national légitimé par une élection au suffrage universel.

Je ne vois pas beaucoup d'expression comme quoi certains de ces domaines ne devraient plus être uniquement de leur ressort, ou plutôt de ce que nous appelons l'état.

Et je n'ai pas tellement l'impression que vouloir décider pour tout le monde ce qui doit être bien ou mal sur tout et rien, soit vraiment le modèle que je recherche.

J'ai même du mal à comprendre qu'on puisse encore y croire, et s'enthousiasmer pour un projet tellement ambitieux, qu'il en devient démagogique, forcément. Et ce quel que soit le point de vue défendu.

Heureusement, cette campagne m'a permis de découvrir quelques originaux, qui m'émeuvent !

Quelques blogs évidemment...lui, elle ou lui encore.


et quelques perles aussi comme la vente aux enchères du finalement non-candidat Rachid Nekkaz. Le mec proposait de vendre son appart aux enchères pour financer sa campagne. Là-dessus entrent en scène gentils internautes qui ont eu, je trouve, un échange croustillant:


Dommage que ça n'a pas continué (et on se demande bien pourquoi ce passage a été supprimé, d'ailleurs).

Et puisqu'il faut bien revenir à quelques réalités musicales, je suis en train de travailler le concert d'EIFFEL de la semaine prochaine. Ils font désormais parti du club très fermé du bon Rock Français, quasiment incontournable, pour peu qu'on s'intéresse à la discipline. Et ils ont réussi à avoir leur style bien à eux, tout en s'inspirant des plus grands avec une écriture toute personnelle, due en grande part au chanteur séduisant qu'est Romain Humeau.

Leurs 2 premiers albums sont originaux, inspirés et aboutis, et je les écoute avec beaucoup de plaisir. Surtout 3 jours avant de les voir sur scène, où, pour les avoir vu déjà 4 fois, j'ai à chaque fois pris une claque. Parce que ça n'a jamais été pareil, et que c'est toujours simple, sincère, authentique, et bien foutu.

++

1 commentaire:

jugurta a dit…

aimé l'armée des douzes singes
je la garde celle là :o)
:o)