dimanche, décembre 31, 2006

Et pourtant j'ai cliqué...

Voilà, j'ai vu les images de l'exécution de Saddam. Ils avaient bien dit à la Radio que les images étaient diffusées. Je ne sais pas si elles ont été montrées à la télé ou non. En tout cas, elles sont facilement accessible sur le web, et j'ai cédé à ce voyeurisme bas de gamme, qui m'a mis plutot mal à l'aise.

Non pas que j'ai la moindre compassion pour ce dictateur, qui a surement commis beaucoup plus d'atrocités que ce pourquoi il a été jugé et condamné à mort. N'empêche, voir la mise en scène de son exécution a quelque chose d'ignoble. Il y a déjà un vrai malaise à cautionner et accepter une condamnation à mort, mais montrer les images de sa mise à mort est franchement dérangeant.

Et pourtant, j'ai cliqué, par ce que j'étais sans doute curieux de voir ce qu'il y avait derrière ces images. J'ai encore du mal à comprendre la démarche, le pourquoi de ce clic vicieux, ce qui fait qu'on a envie de voir quelque chose qu'on sait à l'avance que ce n'est pas beau à voir.

Que lui dit son bourreau ? Ah, c'est vraiment trop dommage, il manque les sous-titres ! Il lui mime quelque chose, avec la main autour du coup. Il lui explique sans doute comment ça va se passer. Il lui propose de passer un foulard avant la corde: "tu vois, on te passe un petit foulard, comme ça, ça laisse moins de trace sur ton cou, tu es d'accord ?".

Je me souviens d'un film, violent réquisitoire contre la peine de mort, dans lequel Alain Delon était condamné à mort (et Gabin son avocat). Les moments précédant l'exécution était tout simplement invivable.

Alors où est l'intérêt des images ? de montrer qu'on a fait cela dans les règles ? de prouver au monde qu'il est bel et bien mort ? de révolter un peu plus les militants contre la peine de mort ? d'énerver un peu plus ses défenseurs ? de consoler les familles de ses victimes ?

Et pourtant, j'ai cliqué, j'ai vu, et ça m'a dégouté... et quelque part, j'ai donné raison à ceux qui ont choisi de mettre en ligne ces images.

Tiens, il y a même le rating dans Youtube ! Savoir si on aime ou pas, toujours important de participer et de donner son avis.

Et je n'ai même pas écouté de musique après ça, vous dire si le gout dans la bouche est amer, J'ai juste éteint mon PC, et j'ai été me coucher.

++

dimanche, décembre 17, 2006

Planète Bleue ou Planète Blanche ?

Aujourd'hui, petit match entre 2 films qui font partie des trucs qui me font vibrer dans ce bas monde, et qu'on se sent bien après avoir vu un truc comme ça, et qu'on aimerait en voir plus souvent !

Commentaires

Argh, là je m'aperçois que je suis en train d'essayer de faire un truc élaboré, et je me rends compte que je maîtrise plus trop le sujet et qu'il va falloir que je le bosse un peu. Bon, dans mes souvenirs, c'était plutot sobre dans les 2 cas, peut être un peu plus d'explications dans la Blanche, qui font un peu défaut dans la Bleue. Alors on va dire:

Blanche: 5/5
Bleue: 4/5

Diversité d'animaux

Ben là, c'est plutot la Bleue qui l'emporte, par ce que ça n'arrête pas. Et même si ça ressemble quand même souvent - un poisson reste un poisson - c'est jamais pareil ! Alors, certes, on sait pas toujours comment ça s'appelle, ni comment ça marche, mais il y en a un paquet.

Et dans la Blanche, on bouffe quand même pas mal de caribous !

Blanche: 4/5
Bleue: 5/5

Images

Bon là, c'est kif/kif pour la qualité technique, et les prises de vue incroyables. Mais quand même, avoir dans le même plan, un gros banc de poissons, qui se font bouffer par des oiseaux, des dauphins, des phoques des requins et une baleine, moi, ça m'a scotché !

Bon, c'est sur, la naissance du bébé ours, ça mérite le respect, mais il y a un tout petit côté voyeur, aussi.

Blanche: 4/5
Bleue: 5/5

Message

Forcément, c'est d'actualité, et la Blanche est sortie après la Bleue, donc on a droit à un léger rappel à l'ordre. On est un peu en train de merder et c'est l'ours blanc qui en pattit. Ben ouais, c'est sûr, c'est pas lui qui va gagner la grande bataille de l'évolution que ces films sont sensé nous montrer ! Bref, je vais donc favoriser ici plutôt l'absence de message qui me parait appropriée à ce que j'attends de ce genre de truc (des messages sur le sujet, il y en a tout partout, et je ne crois pas que ces films y soient pour quelque chose). Bon, la bleue nous le fait aussi un peu, mais comme c'est àla fin, juste avant un truc de ouf au niveau des images - voir rubrique suivante - on lui pardonne.

Blanche: 3/5
Bleue: 4/5

Queue de baleine

Ben, effectivement, là, il y en a aussi dans la Blanche, mais faut reconnaître que ce truc là, là, juste plus bas, c'est quand même l'hallu ! Il m'est arrivé de me faire ça avant d'aller bosser, le matin, histoire de gouter à un truc qui me donne la patate tout à l'intérieur de moi !

Ah, il y a juste un micro bémol, quand même, c'est qu'ils ont fait le fade out trop rapide à la fin, et qu'on aurait aimé en avoir 5 secondes de plus, histoire de nous accompagner dans notre voyage intérieur, et de ne pas nous laisser tomber brutalement comme ça. Ca me rappelle, un morceau des TroubleMakers coupé dans une fête, par une Blonde bourrée de mes amies, mais bon, je m'égare, là...

Blanche: 3/5
Bleue: 5/5

Voilà ce qui nous fait un petit total de:
Blanche: 19/25
Bleue: 23/25

et là, je me rend compte que j'ai merdé et que j'ai mis un critère de trop !

Pas grave, je me suis bien marré, et donc comme promis, appréciez...



© copyright elleestbellemaqueue!


++

vendredi, décembre 15, 2006

SRV

SRV est entré dans ma vie un jour d'automne 1984. J'étais en pleine pèriode Hendrixienne, et je commençais à essayer de faire du bruit avec un instrument. Et ça donnait à peu près ça:



© copyright deplusenplusfort

(Bon, on parlera d'Alvin Lee une autre fois, c'est pas le sujet aujourd'hui)


Et puis un jour, le grand frère d'un pote est venu me trouver et m'a dit: "Viens, faut que je te fasse écouter un truc, tu vas halluciner". Et c'était Couldn't stand the weather. Je me souviens encore du frisson qui a parcouru tout mon corps et de ma tête d'ahuri en entendant l'intro de Scuttlin Buttin. Un truc de malade ! Qui c'est celui-là ?

Rapide coup d'oeil sur la pochette. Quoi ? Il a repris VoodooChile ? le con, il peut pas, il va se planter ! Ben si, il peut, justement, et c'est tout simplement énorme. Tin Pan Alley est également un truc inouï, et il n'y a rien à jeter, sauf peut être la dernière que certains trouveront un peu jazzy, mais qui a son charme également.

Et puis j'ai découvert Texas Flood, qui, en fait était son premier album. Et puis quelques autres après, même si c'est clairement ces 2 là qui doivent rester.

N'empêche, SRV, le monde entier l'avait entendu, c'est lui qui joue sur l'album Let's Dance de Bowie. J'ai compris ça des années après, ce son de strato si spécial, ce vibrato si incisif. Réécoutez China girl, vous verrez, on reconnait tout de suite le style.

Et SRV est mort un jour d'aout 1990. Un bête accident d'hélico.

C'était quelques semaines avant son passage prévu à Paris. Je l'avais raté 2 ans avant au palais des sports, parce que mon pote P avait zappé pour prendre les places alors qu'il avait dit qu'il s'en occupait. J'enrage encore aujourd'hui de ne pas avoir vu ce mec sur une scène.


Depuis, je ne délègue plus, je m'occupe de toutes mes places de concert moi-même, j'ai trop peur de rater des immortels.

++

vendredi, décembre 08, 2006

Comment on dit FUCK en Italien ?

L'autre jour, j'ai vu ça et puis j'ai eu l'idée de faire un truc comme ça. Mais comme quelqu'un l'avait déjà fait, et que j'ai récupéré entre temps la version italienne, j'ai finalement fait ça:



Evidemment, il y en a moins qu'en anglais par ce que c'est plus long, et donc c'est moins facile à caser au milieu d'une phrase. Mais je trouve ça rigolo !

++

mercredi, décembre 06, 2006

Mon chef d'oeuvre

Ca y est, je l'ai fait ! Mon Chef d'œuvre est ici.

J'avoue avoir enfreint un peu la règle qui veut qu'une idée soit visible au moins en 2 sources différentes pour être mentionnée. Mais bon, Wikipedia m'offrait la chance de diffuser ce concept qui me tenait à cœur, bien qu'ayant disparu de ma vie il y a déjà 18 mois. Et comme j'ai cru déceler chez quelques-uns de mes proches une forte adhésion, et que je suis sûr que beaucoup de gens ont connu ça de près ou de loin, j'ai cru bon de développer quelque idée à 2 balles sur le sujet qui mérite bien l'encyclopédie.

J'ai mis une capture dès fois qu'un Administrateur scrupuleux aurait envie de supprimer l'article. Avouez que ça serait dommage de ne pas garder ça à la postérité !



Or donc, pendant près de 5 ou 6 ans, je me suis farci des diners où je ne connaissais pratiquement personne. Vu que mon Ex était membre de l'Association des Parents d'Elèves, (je ne lui ferais pas injure en mentionnant ici qu'elle en fut même la Présidente et qu'elle y a fait de très bonnes choses), les convives étaient généralement issus de ce réservoir ultime de Pelletier que constitue une association de parents d'élèves digne de ce nom.

Le Pelletier avait en général peu ou pas d'amis, et il avait une fâcheuse tendance à vous considérer comme son meilleur pote, tout ça parce que vos filles avaient joué à l'élastique ensemble l'avant-veille, ou que vos femmes avaient pris le thé ensemble, youkaïdi youkaïda.

Bien qu'il y eut quelques bons moments, parfois surréalistes, je m'y suis globalement fait chier comme un rat mort la plupart du temps.

Parfois, on tombait sur des gens qui n'avaient pas trop de gouts, qui bouffaient pas bien, parfois pingre, parfois d'extrême droite, parfois les 2.

Parfois, c'était l'inverse, c'était eux qui venaient à la maison, par ce que la pratique du diner Pelletier, impliquait souvent la pratique débile du rendage d'invitation. Et donc, en rentrant du boulot, évidemment trop tard, je tombais parfois sur un trouduc en train de siroter mon Lagavulin. Non pas que je n'aime pas partager les bonnes choses, mais quand c'est pour un blaireau qui vous demande ensuite si vous n'avez pas du coca pour l'allonger, par ce que bon, c'est un peu fort, ce truc finalement, vous comprendrez que ça puisse agacer.

Je serais mauvaise langue, si je ne reconnaissais pas qu'il y en n'a pas eu quelques-uns, avec qui le rapprochement s'est avéré efficace, et qui, par la force des choses, sont devenus des ex-Pelletier, mais la proportion était malheureusement trop faible, eu égard à la somme d'heures passées en compagnie sordide.

Bien que je n’ai jamais eu de Pelletier qui s'appelait réellement Pelletier, le nom s'est trouvé tout naturellement. Ca aurait du être ça, d'ailleurs mon chef d'œuvre: un dîner Pelletier avec un mec qui s'appelle vraiment Pelletier dedans !

++

samedi, décembre 02, 2006

Aujourd'hui, rions un peu avec une femme à poil !

Alors, voilà, un pote m'a envoyé ça:

Ah, ben zut, alors, on peut plus mettre de photos ! Il n'y a plus de menu pour insérer des images. C'est con, ça doit être cassé.

Bon, alors, je vais vous raconter l'image.

C'est une femme à poil, avec juste des bas et des escarpins, et qui est en train de tenir un aspirateur. Ben oui, je suis vraiment navré, ça aurait été mieux si j'avais pu mettre la photo. En plus, on aurait pu dire qu'il y avait une femme à poil sur mon blog, ça l'aurait fait, grave !

Il n'y a rien dans la pièce, juste 6 modèles d'aspirateur de couleurs différentes. Elle est debout, le pied sur un des aspirateurs, elle tient le tuyau dans la main gauche, et elle le regarde. Elle a une petite coiffe, genre soubrette, mais elle est vraiment toute nue, et elle est plutôt bien foutue.

Et donc, je me demandais si cette pub existait réellement, par ce qu'il n'y a pas de message publicitaire, et j'ai du mal à distinguer la marque. J'y connais rien du tout en aspirateur, mais ça donne tout de suite envie d'en acheter un ! Le jaune, tiens, il a l'air vraiment bien !

En fait, je me demandais surtout qui était l'abruti de publicitaire qui avait eu cette idée à 2 balles ! Vous me direz qu'il y en a partout des pubs avec des femmes à poil, des qui frisent l'orgasme en bouffant des yaourts. Sauf que là, c'est vraiment une caricature, genre playmate du mois Playboy, mise en scène par Jaques Segala !

Tiens, pendant que j'écris des conneries, il y a Blues Power, un live du grand Albert King qui tourne en boucle. Enorme disque de blues, forcément. Déjà, vue la corpulence et le talent du bonhomme, c'est du lourd, du très très lourd !

Je me souviens l'avoir vu en concert dans les années 87 ou 88. J'avais été scotché par l'énorme silhouette, dans son costard blanc, avec sa pipe, hilare, impérial, maltraitant sa Flying V comme jamais. Et là, j'avais compris ! Les bend fabuleux, pourquoi il y avait une telle force dans ces notes.

En fait, ça mérite une petite explication technique. Pour ceux qui ne maîtrisent pas ce qu'est un bend, voir rubrique bend sur wikipedia, c'est très bien expliqué, avec une jolie photo (désolé, je peux pas mettre de lien non plus).

Donc, Albert, lui, il est gaucher. Comme Hendrix, ou Kurt Cobain, me direz-vous. Ben non, pas tout à fait, parce qu'Albert, joue avec une guitare de droitier et n'a pas inversé les cordes. Il a les a laissées comme elles étaient pour un droitier, alors que Jimi et Kurt les ont inversées, de façon à avoir les aigus en bas, comme un droitier. Vous suivez ?

Donc, Albert, il a les cordes aiguës en haut du manche. Et donc, quand il fait un bend, au lieu de pousser le doigt gauche vers le haut, comme le ferait un droitier, il tire son doigt droit vers le bas ! Vous suivez toujours ?

Si vous êtes largués, dites 20 fois de suite très vite "tire son doigt droit vers le bas".

En fait, on a beaucoup plus de force en fermant sa main qu'en l'ouvrant. Un peu comme les crocodiles, finalement.

Du coup, Albert le crocodile tire plus fort sur les cordes, et ça s'entend. En fait, c'est même assez unique, comme son. En prime, il chante bien, il a une patate d'enfer et il se marre tout le temps, ce qui ne gâche rien au plaisir.

Bref, Blues Power, est un disque énorme, à avoir absolument, pour peu que les 12 mesures vous chatouillent comme moi un peu les tripes !

++

dimanche, novembre 26, 2006

Love, lioubov, amour, Ernestine et homme pressé

Il n'est jamais trop tard pour découvrir des trucs insensés sur la musique qu'on aime. On a beau avoir écouté certains morceaux 50 fois, les avoir travaillés dans tous les sens, on en apprend encore à les ré-enquiller, et à se laisser envahir par ses émotions.

Et puis, parfois, il y a aussi des révélations, des trucs qui surprennent.

Par exemple, l'autre jour, je surfe tranquillement et tombe par hasard sur un clip des Poppys, qui se trouvait dans la rubrique "mauvais gout" d'un site.

Evidemment, les Poppys, le bon son pop hippies à la française, on a tous entendu ça une fois dans sa vie. Enfin pour les plus vieux, parce que le phénomène n'a pas du passer l'année 75. Bien avant la Star'ac, il y avait donc ce petit groupe d'enfants, genre chanteur à la croix de bois, qui se sont lancés dans la pop, avec un certain succès. Des paroles gentillettes, limite niaises, des mélodies gaies et entrainantes, et une orchestration dans la lignée de ce que produisait les 70's, tout bien pop comme il faut.

Et puis bien sûr, Wikipedia est là pour me rappeler l'essentiel et la liste des tubes, ah ouais, il y avait ça aussi, na, na na na, na, na, ...

Et puis tout en bas une petite mention, que je me fais un plaisir de controlver ici:



Hein, quoi ?!? Noir Des, l'Homme pressé ?!?!?! 3 secondes pour enquiller l'objet du délit ...

Ah ben ouais, ça colle, ben alors, comment j'avais pas vu ça moi ? Et pourquoi on m'a rien dit ? Et d'abord, pourquoi ils ont fait ça ?

Aucune info nulle part sur le pourquoi de cette référence. C'était quoi l'idée ? Un clin d'œil de militant de gauche ?

Ah si, un internaute se risque à avancer l'idée que c'est parce que Bertrand Cantat est un ancien Poppys. Amusant. Et Rodolphe Burger, il a été choriste de Kraftwerk ?

666 667 Club, putain d'album, l'ultimate du rock français, à ranger à côté d'Anna, son ainé de 20 ans.

Apogée du groupe, même si Des Visages des figures méritera une reconnaissance de ma part tout aussi méritoire, le gros son Gibson, les gros riffs qui tuent, les paroles survoltées, et la voix écorchée et rauque, que la chirurgie aura finalement ressuscité. Et toujours ce petit côté un peu psyché, tout doit sortie du Velvet, avec ici un larsen, là un coup de saxo ou un violon qui déraille, une basse qui mouline, une batterie qui claque, et toujours un gros son tout rond de guitare pour emballer le tout. Beaucoup d'audace finalement.

Ah Ernestine, que d'heures à bloquer sur ton prénom !

Curieusement, j'avais eu du mal avec les précédents, Tostaky a toujours été un peu heurté pour moi, et j'ai bien essayé de travailler "Veuillez rendre l'âme...", sans beaucoup de succès. Mais là, je dois reconnaitre que cet album tient une place toute particulière dans ce qu'on a fait de mieux en rock français.

Et même avec un bout de Poppys dedans. Parce que j'ai bien essayé d'en enquiller quelques-uns, des Poppys, et ben, ça le fait pas du tout, mais alors pas du tout !

++

vendredi, novembre 24, 2006

Aujourd'hui, rions un peu avec du boudin blanc !

Voilà ce qui arrive quand on fait du ménage. On tombe sur des trucs oubliés, qui prennent bêtement la poussière.

Je me sens un peu obligé de le mettre ici, par ce que je trouve ce truc simplement hilarant, voilà.

Je voulais aussi vérifier que c'était inusable, intemporel, alors je l'ai montré à mes enfants. Un peu étonnés au début, ne comprenant pas trop la situation, ils ont vite partagé mon fou rire dès la deuxième vision.

Alors un conseil, si vous ne riez pas la première fois, rejouez là, ca finira bien par arriver.


© copyright danstaface

Désolé, ça me fait rire...

++

mardi, novembre 21, 2006

Mais a quoi jouent-ils donc ?

Parfois, mais parfois seulement, j'hallucine par ce que je lis ou entends ici et là.

Extraits:

« faire gagner celui ou celle qui sera le mieux placé le moment venu »
« Nous allons gravir la montagne jusqu'à la victoire »
« Tous les socialistes ont gagné »
« belle performance personnelle »
« Les socialistes ont une candidate et il faut gagner contre la droite »
« je suis la seule à pouvoir la battre »
« Ainsi la droite pourra gagner »
« personne ne veut perdre les élections »
« la plus facile à battre »
« Le but c'est bien sûr de gagner »
« Aujourd'hui est un beau jour pour partir au combat »

Toutes ces phrases sont des extraits de citation d'hommes ou femmes politiques sorties volontairement de leur contexte, et réduites à leur plus simple expression d'esprit belliqueux.

Et moi j'aimerais bien jouer aussi, et gagner aussi, parce que gagner, c'est bon !

Gagner pour moi, mes enfants, ma dulcinée, mes potes, mes parents, ma boulangère...

Seulement, il faudrait m'expliquer les règles du jeu pour que je puisse jouer moi aussi.

Et me dire contre qui je joue ?

Parce que si je dois gagner, c'est que quelqu'un doit perdre, non ?

Et c'est pas cool de perdre ...

Savent-ils qu'il y aura à la fin pas loin d'une moitié de perdants ?

Et si, quel que soit le résultat, l'idée qu'il n'y ait pas de vainqueurs allait de soit.

Parfois, mais parfois seulement, je me demande si je ne suis pas en train de rêver...

Il faut se rendre à l'évidence; je suis déjà fatigué par toute cette énergie dépensée juste dans l'unique objectif de battre l'autre. J'ai l'impression que c'est leur unique objectif, gagner ! et le reste n'a pas tellement d'importance.

Et dire que ca ne fait que commencer et qu'on va en bouffer encore pendant 6 mois !

Tiens, je préfère me changer les idées en écoutant Peter Tosh. Le bad boy des Wailers, qui deviendra le méchant rebelle, alors que Bob endossera le rôle du bienfaiteur. Son reggae est très root, il y a peu de compromis dans sa musique, et ses paroles sont très revendicatrices. Il n'y a pas grand chose à jeter dans sa discographie, environ une dizaine d'albums. Evidemment, on retient le "Legalize it !", premier album solo post Wailers, (censuré en Jamaïque, on se demande bien pourquoi, d'ailleurs !), et puis aussi sa collaboration avec les Stones, et le duo "Don't look back" avec son pote Mick. Et puis, une chanson que j'aime bien, c'est sa reprise de Johnny B Good, sur l'album Mama Africa. On aurait pu crier au scandale, et je ne sais pas ce qu'en a pensé ce génial imbécile de Chuck Berry, moi je crie au génie !

Evidemment, il avait un sale caractère, et des idées sombres et militantes. Et évidemment, il a eu des ennuis, et il s'est fait descendre en septembre 1987. Je me souviens encore de cette photo enfumée dans le guitare mag de l'époque. Encore un immortel qui est mort trop tôt et qui continuera de m'enchanter toute ma vie avec sa musique.

++

dimanche, novembre 19, 2006

Toi aussi deviens un connecteur blogospherus de niveau 3

Ah ben c'est cool, le jeu du monde entier dont je parlais l'autre jour, est en train de se faire sur le net, avec la propagation d'une non-info sur les blogs, juste pour tester la vitesse et le niveau de pénétration avec les liens qui se font au fur et à mesure entre les blogs.

On devrait savoir en combien de niveau on atteint la totalité de la blogosphère, et on va pouvoir connaître le nombre de blogs du chemin le plus long entre 2 n'importe quel blog. Ils ont prévu de faire une cartographie avec tous les liens créés. A mon avis, ça va vite être le bordel, ça va faire un gros plat de nouilles emmêlées et illisible et ça devrait faire beaucoup plus que niveau 7 !

Ce qui voudrait dire que je connais plus de personnes en vrai que je n'ai de lien avec les blogs. Dans un sens, ça me rassurerait.

Moi j'ai découvert ça sur le blog du peuple des connecteurs: et de là, j'ai été chez Blogospherus, pour découvrir l'origine de la propagation.

Du coup, je suis de niveau 1 ou de niveau 2 avec Blogospherus ?

Si j'ai tout compris, je crois que c'est le Trackback qui compte.

Le problème c'est que je crois que j'ai pas encore tout compris comment marchait ce truc.

Pfffff, ca devient compliqué.

Va bien falloir pourtant que je m'y mette si je veux être de niveau 2 ... mais le veux-je vraiment ?

Ah, je lis sur le site de Blogospherus que je peux signaler mon existence à Blogospherus, ou signaler l'existence de Blogospherus sur mon blog, il y a un lien pour ça.

Ben oui, mais moi, je veux être de niveau 1 avec Le peuple des connecteurs, c'est normal, c'est quand même grâce à lui si j'ai découvert le truc.

De niveau 1 avec le peuple des connecteurs ?!?!?!? whaouuu, je vais peut être devenir bientôt un connecteur moi-même ?

Peut être est-ce même déjà fait ?

... sont vraiment trop fort !

Au fait, un connecteur de quoi ?

d'idées à 2 balles ?

Diantre, ce jeu m'éclate !

Le truc, évidemment, c'est que je ne vais pas créer beaucoup de niveau 3...

Je crois que je ferais mieux d'aller me coucher ! J'ai pourtant une musique pleine d'énergies qui me tient éveillée, de la bonne trans psychée, du Talamasca himself, grand personnage du monde de l'électro, que j'ai découvert lors d'une fête au Trabendo en juin dernier. Ce type avait mis le feu avec une facilité déconcertante ! C'est avec des gens comme ça que je réalise que la création d'émotions musicales n'a vraiment pas de limite.

Ca m'arrive de temps à autre de bloquer sur un truc avec un gros son et un gros beat, genre 150 bpm ! Ca change du blues, ça remet les idées en place, et ça donne la patate avant d'aller se coucher.

++

samedi, novembre 18, 2006

8h22

C'est pas tous les jours que je vais faire la promotion d'une série, mais là, il faut bien reconnaitre que ce truc est bien foutu, et que ca mérite d'y consacrer une minute !

C'est une petite série d'épisodes assez courts, environ 5 minutes, avec une histoire absurde et délirante.

Le format est parfait, suffisament long pour se laisser prendre, et suffisament court pour ne pas perdre son temps.

Ca fourmille de petites idées rigolotes, tant sur la réalisation, que sur le scénario et les personnages, tous plus absurdes les uns que les autres.

Ca ne ressemble à rien de ce que j'ai encore pu voir.

Il suffit de voir la sobriété du site pour constater que ça ne s'explique pas, ça ne se raconte pas, mais que ça se regarde.

En prime, vous aurez le droit de voter pour exprimer votre plaisir ou votre agacement, et d'une façon extrêmement simple.

Bref, ça ne peut pas perdre d'aller faire un tour sur le site et de regarder l'épisode 1. Après, vous faites comme vous le sentez !



Les Aventuriers de 8h22




Moi, j'aime bien et j'attends la suite !

++

jeudi, novembre 16, 2006

Aujourd'hui, rions un peu avec le monde entier !

Vous connaissez une personne de niveau 1, si vous avez eu un échange physique avec elle, que vous lui avez parlé. Elle vous reconnaitrait si vous la croisiez dans la rue. Vous connaissez de niveau 2 toutes les personnes qu'elle connait de niveau 1, et ainsi de suite ... vous suivez ?

Par exemple, je connais ma boulangère de niveau 1, un ancien ministre de niveau 2 (pas par le biais de ma boulangère ! quoique j'en sais rien, elle le connait peut être aussi ... ), et par conséquent Chirac de niveau 3, et le pape de niveau 4 (peut être JP2 et pas B4x4, rétorqueront quelques puristes, mais le pape, quoi !).

Et donc, vu que ca monte vite, ca doit redescendre aussi sec, et normalement, si mes calculs sont bons, le monde entier est atteint au niveau 7.

A part peut être quelques ethnies qui vivent encore en vase clos. Existe-t-il encore des civilisations isolées au point de n'avoir aucune connexion avec le reste du monde ?

En tout cas, je trouve ça d'une logique implacable, et un truc que personne ne pourra jamais vraiment démontrer.

Je connais le monde entier de niveau 7, Youpi !

Bon, au lieu d'écrire des conneries plus grosses que moi, je ferais mieux de vous parler de l'album qui tourne sur ma platine en ce moment. Disque rare, le live de Sam cooke, One night stand live at the Harlem Square Club, est d'une pureté et d'une énergie incroyable. Le précurseur de la soul moderne, compositeur et chanteur de génie, à côté duquel Otis Redding fera bien pâle figure (malgré quelques moments mémorables comme Monterey ou le trop génial et méconnu Direct Me, il faut bien le reconnaitre), nous a livré ici un monument, qui fait partie des trucs vieux qu'on n'oublie jamais d'écouter. Ce truc date de 1963, et c'est tout simplement intact ! Et il n'y a rien de tel pour vous donner la grosse patate.

Chanteur au charisme extraordinaire (les témoignages de ses apparitions sur scène sont éloquents), Sam Cooke est aussi célèbre pour sa mort étrange, vu qu'il a été descendu (et achevé à coups de club de golf) par une tôlière d'un hôtel qui l'aurait surpris en train de forniquer avec une cliente dans une de ses chambres, et qui entendait ainsi faire respecter la moralité dans son établissement.

++

mardi, novembre 14, 2006

Recette de cuisine

Parce que j'ai ça sur un post-it chez moi et que je ne sais pas où le mettre alors je l'écris ici, qui est un peu chez moi aussi.

Il s'agit de soufflés au roquefort, ultra bon, et pas trop dur à faire. Et comme j'ai chopé 2 recettes différentes sur Marmiton et je sais plus où, et que j'ai fait un mix des 2 pour trouver des proportions pile poil, je les note ici.

150 gr de roquefort
60 gr de beurre
100 gr de farine
1/2 l de lait
8 oeufs

Bon, j'ai la méga flemme d'écrire la marche à suivre, et vous aurez surement une idée de ce qu'il faut faire avec tout ça.

Tiens le shuffle de ce soir m'a amené sur un Stones. Alors, j'ai eu envie de revenir à la source, au début de l'histoire. Pour moi, ça commence avec Beggars Banquet, même s'ils ont fait beaucoup d'albums avant. Parce que celui là a quelques choses de spécial, un parfum particulier. C'est le début de l'osmose, de l'alchimie du groupe, les derniers slides de Brian Jones, le début de l'emprise de Keith Richards sur le Rock'n'roll, il a trouvé l'open tuning récemment avec Jumping Jack Flash et Honky Tonk Women, le début aussi de la collaboration avec Jimmy Miller, qui s'arrêtera en 1973 avec le dernier album de l'âge d'or, Goat's head soup.

Ca commence avec Sympathy, tube planétaire, que beaucoup de gens ont entendu hors du contexte de cet album. Et pourtant, il faut la réécouter avec ses petites soeurs, elle prend une dimension toute différente, parce qu'elle est très acoustique au fond, qu'il y a ce solo de guitare hargneux de Keith, et cette basse qui vrombit, et qu'elle colle parfaitement au reste de l'album.

Accessoirement, Godard en a immortalisé la genèse avec son film One+One: bon, il faut se farcir pas mal de délires inutiles entre les scènes d'enregistrement des Stones. D'ailleurs, Godard a tout raté, il n'a pas compris qu'il était en train de filmer un truc historique, et ça l'a complètement dépassé.

Et puis il y a jigsaw puzzle, avec le piano incroyable de Nicky Hopkins. J'ai longtemps bloqué sur les dernières mesures de ce morceau à monter le son au fur et à mesure du fade out pour en avoir le plus possible, choper les derniers instants, trop génial assurément. Le reste de l'album, c'est que du bon, y a rien à jeter !

Et dire que ce joyau a presque failli ne pas sortir pour une sombre histoire de chiottes ! La pochette choisie initialement par les Stones, celle que l'on trouve aujourd'hui, à savoir les chiottes pleines de graffitis, est refusée par Decca. Et puis la maison de disque commence à chercher des broutilles sur quelques paroles subversives comme Street Fighting Man. Finalement Jagger laissera tomber la pochette, et l'album sortira dans son intégralité avec une pochette sobre toute blanche, genre invitation au banquet !

++

vendredi, novembre 03, 2006

Marre des fake !

Ce message s'adresse en particulier à l'espèce d'attardé mental, que j'espère en voie de disparition, qui s'amuse à coller des films de boules en lieu et place des films que je télécharge pour mes enfants.

L'autre jour, donc, mes enfants se sont réjouis parce que Jurassik Park venait d'arriver sur mon disque dur.

<Note à l'attention de ceux qui pourraient me reprocher de violer quoi que ce soit en téléchargeant des films d'auteurs>

Je ne télécharge jamais de films récents, je vais - un peu - au cinéma, j'achète quelques albums, même s'il faut toujours que je régularise après les avoir bien travailler et je n'ai aucun scrupule à télécharger des films, que j'ai déjà vus au cinéma, qui sont déjà passés à la télé - que je n'ai pas - et qui ont déjà rapporté à leurs auteurs quelques 900 Millions de $. Non pas que je leur en veille de se faire des couilles en or, bien au contraire, mais comme le disait mon ex-beau-frère pendant la quête de la messe de communion de mon fils, je n'ai pas envie de filer mon pognon à des riches.

</Note à l'attention de ceux qui pourraient me reprocher de violer quoi que ce soit en téléchargeant des films d'auteurs>

Donc mes enfants se réjouissaient, et laissant de mise la vigilance qui d'habitude me pousse à tout vérifier avant de laisser un quelconque fichier vidéo à leur portée, je me décide à l'ouvrir, et tandis que ma fille ainée, scrutant joyeusement l'écran, sur lequel se profilait un jingle tout à fait anodin, me dit: "fais voir au milieu, trop bien !", je scrolle lamentablement et tombe sur une superbe image de pénétration en gros plan...

Mais quel con, quel naïf j'ai été !

Heureusement, j'ai encore quelques réflexes et ma dernière fille a juste cru voir quelque chose de dégoutant.

Alors, sombre débris, partage mon mépris avec tes potes vendeur de viagra et autres décérébrés mentaux qui me rappellent très régulièrement leur existence avec le son stressant de mon ad-aware favori quand il détecte un "critical object".

On ne se refait pas, mais un petit KD Session, c'est toujours un truc énorme. J'ai découvert ce disque en 1999, et ça a été la découverte de la musique électro, donc une vraie révélation pour moi. "Les Mozart de l'électro !" comme me l'avaient dit mes potes qui me l'ont fait découvrir. La référence absolue en matière d'acid jazz/trippy ambient/drum & Bass, un son léché comme rarement, un relief énorme dans les arrangements, un hymne à la légèreté, et la tuerie du remix de Bomb the Bass, un disque vraiment indispensable !

++

Journée internationale sans Google !

Après la journée internationale

de la femme,
contre la misère,
de la poésie,
de l'eau,
de la biodiversité,
de la liberté de la presse,
sans tabac,
de la baleine,
contre la faim dans le monde,
des droits de l'enfant,
contre la peine de mort,
de la prévention du suicide,
de l'asthme,
de l'absurde,
des accidents du travail,
de la danse,
de la trisomie 21,
de la brutalité policière,
de la météorologie,
du théâtre,
de la terre,
de la lèpre,
des réfugiés,
des casques bleus,
contre la torture,
de la jeunesse,
de la propriété intellectuelle,
des Rroms,
des livres,
des mutilations génitales féminines,
des douanes,
de l'éthique,
des orphelins de guerre,
de la discrimination raciale,
de la mémoire de l'holocauste,
de l'Europe,
de l'Infirmière,
des familles,
contre l'homophobie,
des enfants disparus,
de la diversité culturelle pour le dialogue et le développement,
de la petite vérole,
des musées,
de l'océan,
contre la drogue,
de la population,
de l'alphabetisation,
de la paix,
sans voitures,
du SIDA,
des autochtones,
du coeur,
des langues,
de la poste,
de l'alimentation,
de la vue,
de la canne blanche,
de la lutte contre le terrorisme,
des diabétiques,
de la télévision,
des droits de l'homme,
et de la solidarité avec le peuple palestinien...

<petit jeu>

une intruse se cache dans cette liste, toutes les autres sont effectivement des journées internationales décrétées par l'ONU. Sauras-tu la retrouver ?

</petit jeu>

je propose la journée ... sans Google !

On pourrait faire ça un Mercredi, parce que ce serait mieux un jour de semaine, histoire de voir si le monde peut continuer à tourner et bosser sans Google. Pas forcément évident en ce qui me concerne. Je sens que je vais débrancher ma connexion Internet, ce qui ne va pas être super pratique pour bosser.

Il faut dire aussi que je trouve que Big Brother commence à être un poil trop intrusif dans ma vie; après les recherches en ligne, les mails, les blogs, les documents en ligne, les vidéos, ca commence à faire beaucoup pour un seul bonhomme.

Non mais imaginez un peu que ça tombe sous la tutelle d'un maniaque qui décide d'éliminer les amateurs de reggae, ou les fans des Marx Brothers, j'aurais l'air de quoi, moi, hein ?

En tout cas, il y a un truc que Google ne sait pas encore, (mais qui va le savoir maintenant que je le publie ici ), c'est la musique que j'écoute en ce moment. Et je vais vous le dire, parce que ca vaut le coup.

C'est le dernier album de Zenzile, ou plutôt une co-production avec High Tone, que je ne connaissais pas (là-dessus, je reconnais que c'est une lacune immense, je vais y remédier de ce pas). Ca s'appelle donc ZenTone, et c'est terriblement bien foutu. De la grosse artillerie dub, mais aussi de la bonne électro, tendance triphop. Rien que du lourd. Ca tourne en boucle depuis quelques jours - je vais aller régulariser la situation chez un fournisseur agréé - et je ne m'en lasse pas. Dans le même genre de trucs mélangés, ca me rappelle beaucoup l'excellente collaboration Ezekiel / Daau.

++

vendredi, octobre 13, 2006

Truc de raide...

Je viens de tomber sur un petit truc hallucinant !

Un jouet en flash rigolo qui permet de tracer un trait avec un crayon qui est une piste de luge dévalée par un petit bonhomme. C'est bien fait, rigolo comme tout et c'est .

Et puis il y a quelques addicts qui ont eu la patience, le temps et le talent aussi pour faire ça ou encore ça.

Alors moi je dis ... respect !

Et je confirme que le dernier Thievery est un bon cru, peut être un peu moins de nouveautés par rapport au précédent, mais du très très bon dans l'ensemble !

++

mardi, octobre 10, 2006

Erratum

Et voilà, il a suffit que j'écrive que j'étais archi-nul en photo, pour avoir envie de poster quelques échantillons pris le week-end dernier sur le port de Marseille - au passage, super ville, et gens super sympas.

J'en ai profité pour tester un nouveau petit site qui propose de mettre des slides-show en ligne.

Evidemment, il vaut mieux aimer le poisson...

Ca devient franchement du grand n'importe quoi ici, et ça me plait beaucoup !

++

jeudi, octobre 05, 2006

Rien

Le pétrole baisse,

la bourse monte,

et moi, j'ai la tête pleine de flux RSS, et je ne sais plus très bien pourquoi je suis . Pourtant, je ne fais pas de politique, le débat est fort bien bien alimenté ici ou , je ne fais pas de social et ne participe pas à la soirée blogo-schtroumpf, je suis archi-nul en photo, je ne sais pas dessiner, je ne publie pas de recettes de cuisines, vu que toutes celles que je pratique sont déjà en ligne, merci marmiton, je ne sais pas faire des podcasts délirants, ni de détournements, et je suis un mec.

Et pourtant, je me sens bien ici, parceque c'est à moi, et que je peux y raconter n'importe quoi, et que tout le monde s'en fout ou pas, peu importe.

En fait, c'est juste un prétexte pour que je raconte comment je kiffe-à-donf sur Thievery Corporation (je viens de m'appliquer à mort pour l'écrire correctement, parce que j'ai la facheuse tendance à écrire Theivery).
Je découvre qu'ils ont sorti un album il y a 3 mois (putain,il y a du laisser-aller, il va falloir se re-mettre à bosser !) et comme il met un peu de temps à arriver, je réenquille Cosmic Games, qui mérite bien qu'on s'y attarde un peu beaucoup quand même. Subtil mélange de trip-hop-dub-latinos-acid- jazz-downtempo- loundge-world-samba-hip-hop- indy-easy-listening, ... secouez le tout, et saupoudrez. Des lignes de basses qui déchirent sa race, des percus en-veux-tu-en-voilà, des voix ultra-chaudes, juste ce qu'il faut d'électro, et du groooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooove !

++

dimanche, septembre 24, 2006

Tout petit bonheur de la vie à 1

Ca y est, je suis un homme, j'ai jeté une paire de chaussettes trouées à la poubelle, et je l'ai fait tout seul comme un grand.

Avant, dans mon ancienne vie, il y avait quelqu'un qui décidait quand il fallait poubelliser les chaussettes trouées, et si elles méritaient le carton à cirage ou non (c'était souvent comme cela que je m'en apercevais d'ailleurs).

Maintenant, je n'ai plus ce quelqu'un pour le décider à ma place, donc je le fais tout seul...


© copyright dantonku


C'est fou !

++

mercredi, septembre 20, 2006

Mes déboires avec Orange Episode #23

Résumé des épisodes précédents (vu que personne ne suit et n'y comprend rien, et que tout le monde s'en fout complètement d'ailleurs). Grâce à mes super points de fidélités, j'ai acquis l'année dernière un tout nouvel appareil, vachement pratique et vachement moderne. Au printemps, un coltard matinal m'a fait malencontreusement marché dessus, et l'appareil a moyennement supporté. Mais comme j'avais été prévoyant, ma super assurance casse-vol-perte-catastrophes naturelles m'a permis de le faire réparer. 2 mois après - faut pas être trop pressé non plus - je recevais mon mobile réparé, bien que celui-ci a quand même quelques signes de faiblesse au niveau de l'écran, ce qui le rend assez pénible à utiliser. M'arguant d'un courage extrême, je me décidais donc à appeler Orange pour voir ce qu'il était possible d'envisager.

- Vanessa, Orange Service à votre écoute, bonjour, que puis-je faire pour vous ?
- Bonjour, et bien voilà, ... (exposé bref et concis des épisodes précédents susmentionnés)
- Bien monsieur, votre numéro est bien le 06-71-62-XX-XX ? Et votre nom est bien Mr Truc ?
- Oui
- Et bien Monsieur, je regrette mais il n'y a pas d'assurances sur votre appareil.
- Ah mais je ne comprends pas, quand j'ai changé de mobile l'année dernière, j'ai contracté une assurance.
- Et bien, il n'y a rien dans ma base, peut-être avez vous un contrat, quelque chose ?
- Euh, ... je ne sais pas, je regarde (farfouillage dans l'épais dossier Orange) ... Non, je ne trouve rien.
- Dans ce cas, vous êtes d'accord que vous n'avez pas d'assurances.
- Mais, j'ai déjà fait réparer mon mobile au printemps, avec cette assurance !
- Ah non, Monsieur, c'est impossible, je n'ai aucune trace de ces éléments dans mon système !
- Ah bon, vous êtes bien sure ? Parce que j'ai eu tout plein d'échanges avec Orange à ce moment là, ca devait être au mois de mai.
- C'est impossible, Monsieur, vous êtes client chez nous depuis le 12 juillet 2006
- ?????? ben, non, pas vraiment, ca doit bien faire 5 ans que j'ai un abonnement chez vous !
- Quel est votre numéro de client ?
- ... Euh, je trouve ça où, un numéro de client ?
- Sur vos factures, vous avez bien des factures ?
- Ah oui, ça, j'en ai plein des factures ! Alors n° client, le 2-0-0-1-...
- Stop ! Impossible, votre n° de client ne peut pas commencer par un 2 !
- Ben ... Je sais pas, je vous lis bêtement ce qu'il y a marqué sur ma facture, ca commence par un 2.
- Mais c'est impossible, Monsieur, tous nos n° client commencent par un 0
- Ben, il doit y avoir un problème parce que j'ai une facture sous les yeux, et il y ait marqué N° Client: 2-0-0-1-...
- Impossible Monsieur, c'est impossible !

(le ton monte, forcément, et au bout de 12 minutes, Vanessa jette l'éponge avec une sortie magnifique, comme quoi je la gonfle depuis tout ce temps ou quelque chose d'approchant, alors que d'habitude elle règle tous ses appels en 4 minutes. J'en reste pantois, n'ayant pas vraiment d'arguments, et, reconnaissant ainsi ma défaite à lui faire monter bêtement sa moyenne, elle convient de me transférer à son chef, ou assimilé support niveau 2. Entre-temps, je me souviens que mon successeur, dans la boite que j'ai quittée en juin dernier, a eu la très bonne idée de prendre un contrat entreprises pour la société, et que mon numéro est parti dans le lot ! Pourquoi mon numéro, alors que je me barrais de la boite et que je devais le récupérer à titre perso ? Mystère et boule de gomme !)

- Oui, Bonjour Monsieur, alors on va essayer de reprendre calmement les différents éléments, et de trouver une issue à votre problème.
- Ca y est, je viens de me souvenir qu'effectivement, ma société avait décidé de prendre un contrat Entreprises et voilà pourquoi je suis géré chez vous.
- Et bien oui, Monsieur, effectivement, vous êtes chez Orange Entreprise depuis le 12 juillet dernier, et vous pouvez demander à revenir chez Orange Particuliers.
- Mais dites-moi, vu que je vais repasser chez Orange Particuliers, je vais bien retrouver mes anciennes options et tout mon historique ?
- Ah, ca, je ne peux pas vous dire; sur notre contrat actuel, vous n'avez aucune option sur votre ligne, il faut voir ça avec eux.
- Ah bon, et comment je fais pour les joindre ?
- Vous faites le 706 depuis votre mobile.
- ben non, ca ne va pas marcher parce que votre serveur vocal identifie mon numéro comme un numéro Entreprises et il me bascule chez vous !
- Ah effectivement, alors vous faites le 2970 d'un fixe.
- ... j'ai pas de fixe ! Mais vous ne pouvez pas me transférer, là, maintenant, tout de suite ?
- Ah non, impossible Monsieur, on ne sait pas faire, c'est un autre service et nous ne savons pas faire cela. Bon, vous allez bien trouver un fixe quelque part ?
- ... euh oui
- et bien, vous donnerez au serveur vocal qui va vous le demander le numéro d'une personne abonnée chez Orange Particuliers, pour passer le barrage du serveur. Vous connaissez bien des gens dont vous pourrez utiliser le numéro, non ?
- ... euh oui
- et une fois en contact avec le conseiller vous direz que vous appelez pour votre numéro à vous. Vous avez compris ?
- oui, oui, bien sur, c'est trop simple de vous appeler ! C'est quoi déjà votre métier ? Le TéléQuoi ?????

A la fin, le mec m'a aussi conseillé de me rendre dans une Agence Orange, la plus proche de chez moi étant pas chez moi, elle se trouve ... loin !

Imparable ! Ils sont trop forts pour moi; je ne peux qu'accepter ma défaite, et enquiller Led Zep, histoire de me défouler un petit peu ! J'ai un très gros faible sur les 4 premiers albums, avec peut être quelques préférences sur le I et le II, même si le "When the levees breaks" du IV est un des morceaux les plus énormes de cette fabuleuse machine. En l'occurrence, je me suis rué sur I et II, dans l'ordre. L'intro de "Good times bad times" est un truc de dément, du lourd, très très lourd.

Et comme écrivait le très respectable Pierre Lescure dans Libération en 1988:

"Certains considèrent que le quatrième voyage du zeppelin est le meilleur de tous, ne serait-ce que pour Stairway to Heaven. Il doit m'y arriver d'y penser. Mais quand cette question fondamentale me guette, je prends le Zeppelin II, je commence tout bêtement par le commencement et le débat devient ridicule, sans objet, comme un combat truqué.
On n'affronte pas Whole Lotta Love. On ne s'expose pas à la basse de John Paul Jones. On ne se fie pas aux répits trompeurs des gourdins de John Bonham. Et Robert Plant le prend de très haut. Sans parler de Page qui, non content de poser les bases intelligentes du heavy metal, joue les pilotes suicides en survol de la plage."

++

mardi, septembre 05, 2006

Si tu ne viens pas au Web 2.0, le Web 2.0 viendra à toi !

Ben voilà, j'ai craqué et le web 2.0 est finalement devenu une réalité pour moi. Depuis le temps qu'on en parle de ce foutu machin; pourtant j'ai rien acheté, téléchargé, rien installé, alors que bon, d'habitude, quand on passe à la version 2.0 d'un truc dont on a déjà la V1, il se passe normalement des trucs, comme une case à cocher "I agree" ! C'est qu'il est perfide l'animal, il fait beaucoup parler de lui, et s'insurge dans votre vie très discrètement, et un beau matin, on se rend compte qu'il est bien là et qu'il est pratiquement devenu indispensable.

C'est vrai que ca faisait un moment que je tournais autour, et que je l'ai bien cherché, tant pis pour moi. J'avais bien été voir quelques trucs - Google Earth m'avait scotché - mais rien de bien convaincant jusque là, et pas trop de quoi en faire des bulles.

Et puis, Netvibes est arrivé. A force de lire des articles, des blogs qui en parlent, j'ai bien fini par aller essayer. Et j'avoue que je suis ultra convaincu: l'interface est plutôt bien faite, et il y a une multitude de petits trucs très pratique. C'est désormais ma page perso, qui me suit partout; exit les raccourcis du bureau et les favoris, fini le surf à la mano sur les blogs et les sites de News, bonjour le gain de temps pour accéder à l'info !

Tiens justement, un blog dont le flux RSS ne fonctionne pas et que je ne peux pas ajouter à ma page Netvibes. Tant pis, je vais mettre le lien ici et là.

Et pendant ce temps là, JJ Cale me susure à l'oreille sa country-blues unique. On devrait jamais oublier JJ Cale ! Il n'y a pas grand chose à jeter dans sa discographie - environ une quinzaine d'albums - mais s'il ne fallait en retenir qu'un seul, ce serait sans doute Shades, en ce qui me concerne (mais si vous savez, la pochette avec le paquet de gitanes !). C'est tout doux, et tout en feeling, plutôt idéal pour les fins de soirée ou les grasses mat' ! Et puis, il y a ce morceau énorme, "what do you expect", la 3ème de la face B, je m'en souviens, j'ai écouté le vinyle en boucle, à une époque où il n'y avait pas de bouton Repeat sur ma platine. Le groove du piano fait partie de ces trucs qui me feront frissonner toute ma vie.

++

Le très bon plan remember des années 80

J'ai toujours détesté les années 80, musicalement j'entends. Et j'ai maudit le ciel d'avoir été ado pendant cette période, que j'ai trouvé bien surfaite, et bien monotone. Il y a bien eu quelques guitare-héros ou quelques dinosaures qui résistaient, mais globalement rien de bien transcendant, et surtout tellement moins que les 2 décennies précédentes. Depuis, il faut reconnaitre que ca s'est plutôt arrangé.

Et puis je tombe sur l'album des Sunshinners, une compile avec des reprises de tubes des années 80 en version reggae. Et c'est plutot bien vu ! Il y a même les Korgis (il fallait oser !) et Tears for Fears (arghhh...).

N'empêche que j'ai un petit faible pour 'Take the long way home' de Supertramp et surtout 'Modern Love' de Bowie.

Accessoirement, ces gars là ont l'air bien paisible ! Ils chantent bien, et les arrangements sont particulièrement bien léchés.

Et maintenant, on va juste se foutre un peu de ma gueule parce que j'ai une chanson de Supertramp dans la tête...

++